Episode 17 : Samy Bouguern : football, audit financier et entrepreneuriat

Impossible de résumer le parcours de Samy Bouguern en un seul mot. Véritable couteau suisse, ce Rouennais semble avoir vécu plusieurs vies en une seule. Et si les choses n’avaient pas spécialement bien démarré, il a aujourd’hui réussi à optimiser ses différentes expériences pour faire ce qu’il aime : aider les autres.

D’un BEP à la NEOMA Business School

Samy Bouguern vit à Rouen depuis toujours. C’est dans cette ville normande qu’il a fait toute sa scolarité. Élève en difficulté, il fait vite un constat amer : ses professeurs, au lieu de l’accompagner, le découragent. Son rêve était de devenir journaliste sportif, mais il se retrouve en BEP comptabilité sans avoir eu d’autre choix.

Même s’il n’aime pas ce qu’il fait, Samy Bouguern s’accroche et obtient son bac. Il aurait voulu poursuivre en BTS, mais là encore, on lui coupe l’herbe sous le pied. Ses notes ne sont pas assez bonnes, et les élèves de BEP ne sont pas prioritaires. Il atterrit donc en licence Administration économique et sociale. Très vite, il comprend que ce n’est pas pour lui.

Perdu, Samy Bouguern ne sait pas quoi faire l’année suivante. C’est alors qu’un ami lui parle du dispositif Tremplin pour réussir, un partenariat entre la NEOMA Business School et Ferrero France. L’objectif est d’aider les jeunes qui n’en ont pas les moyens à entrer dans l’école grâce à une bourse et une année de prépa.

Samy Bouguern s’inscrit et découvre tout un nouveau monde : il étudie la philosophie, les mathématiques, s’ouvre à la culture, va visiter des entreprises… Il s’accroche et passe le concours, qu’il obtient.

Désormais en bachelor spécialisé dans la grande distribution, Samy Bouguern pense qu’il a trouvé sa voie. Mais, une fois son diplôme en poche, l’enthousiasme retombe : ce n’est finalement pas ce qu’il a envie de faire de sa vie. Après une période de doute, il s’inscrit en master. Le souci, c’est que celui-ci est intégralement en anglais, et Samy Bouguern n’en parle pas un mot. Il ne baisse pour autant pas les bras. Épaulé par les autres étudiants français du cursus, il ne lâche rien et finit par obtenir son diplôme.

Au bon endroit au bon moment

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’en parallèle de ses études, Samy Bouguern développe une start-up. Il s’agit d’une marketplace en ligne pour mettre en relation les vendeurs et les acheteurs de baskets. Grâce à NEOMA, qui possède un incubateur en son sein, il a pu remporter le concours Talent des cités, ce qui lui a donné beaucoup de visibilité. Ce fut notamment un grand soutien pour son master : malgré ses lacunes en anglais, ses professeurs voyaient qu’il était sérieux.

Mais ce projet allait l’aider autrement par la suite. Samy Bouguern est également membre d’une association de mentorat pour les jeunes, Cordées de la réussite, aussi mise en place par NEOMA. Cette association est lauréate du prix du meilleur projet associatif organisé par EY, un gros cabinet d’audit. Il faut donc aller présenter le projet devant le jury à Paris, mais personne n’est disponible. C’est Samy Bouguern qui se porte volontaire pour y aller.

Résultat ? Son association remporte le prix. À la fin de la présentation, des membres du cabinet viennent parler à Samy Bouguern et lui proposent d’intégrer EY. Un nouveau programme a justement été mis en place pour promouvoir l’entrepreneuriat. Ainsi, il lui sera possible de travailler 50 % du temps pour sa start-up, et 50 % pour EY. Le jeune homme hésite, la finance n’est pas son domaine, mais il finit par accepter.

Même s’il est finalement resté moins d’un an là-bas, Samy Bouguern décrit lui-même cette expérience comme incroyable, et il a gardé de bonnes relations avec le cabinet. Le travail d’auditeur ne lui plaisait pas, et il a préféré tenter sa chance ailleurs.

Accompagner les jeunes vers leur vie d’adulte

De retour à Rouen, Samy Bouguern n’a pas oublié l’aide qu’il a reçue lorsqu’il était jeune et en recherche d’orientation. Il décide de tendre à son tour la main à ceux qui ont besoin d’un coup de pouce pour leur vie professionnelle. Il commence en tant que chef de projet pour le label CitésLab, qui repère des talents dans les quartiers et coache de futurs entrepreneurs.

Malheureusement, la COVID est venue bouleverser tout cela, et le label a dû quitter la ville de Rouen. Pour autant, Samy Bouguern n’a pas abandonné, et il a innové pour continuer d’accompagner les jeunes. Ce qui l’amène à ce qu’il fait aujourd’hui : président du club Rouen Sapins Football Club et coordinateur au sein de l’antenne normande de l’association Les déterminés, créée par Moussa Camara.

Cette double casquette permet à Samy Bouguern de mettre à profit son énergie et sa créativité pour développer des projets et épauler les jeunes, soit dans leur passion du football, soit dans leurs ambitions entrepreneuriales. Il leur ouvre le champ des possibles, et contrairement à ses anciens professeurs, au lieu de leur couper les ailes, il aide tous ces futurs talents à s’envoler.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top