Episode 11 : Francis Babindamana : Fondateur de l’association Open Mind

Le soutien scolaire, c’est bien. Mais que faire en cas de décrochage scolaire, un fléau qui touche de nombreux jeunes, notamment dans les quartiers ? Voici la mission que s’est donnée Francis Babindamana avec son association Open Mind. Et pourtant, au départ, rien ne le prédestinait à travailler dans le social.

Du marketing au social

En entamant ses études, Francis Babindamana ne s’attendait pas à ce que sa vie prenne par la suite un virage à 180°. Âgé de 33 ans aujourd’hui, cet homme originaire de Bobigny souhaitait au départ travailler dans le marketing. Tout naturellement, il s’inscrit en Licence d’Information et de Communication à Paris 13.

Mais quand commence sa deuxième année, il se met à s’interroger : quels sont les débouchés d’un tel cursus ? Et surtout, quelle en est la pertinence ? Que va-t-il apporter au monde avec cette licence ? C’est le début d’une longue introspection pour Francis.

En parallèle de ses études, il s’investit dans le monde associatif comme assistant d’éducation et organisateur d’événements. Au contact des jeunes qu’il encadre, il se rend compte qu’il arrive à les comprendre, et surtout, à les guider. Et si cette activité pouvait l’aider à réellement trouver sa voie ? Au détour de ses réflexions, il entend parler de la VAP, la validation des acquis professionnels, ce qui lui permet d’intégrer une Licence en Sciences de l’éducation, directement en troisième année.

C’est la révélation : Francis a trouvé ce qui lui correspond, et il enchaîne avec un master. Toujours en parallèle de ses études, il devient coordinateur d’un dispositif socioéducatif, un bon moyen de développer ses compétences auprès des jeunes.

Mais ce qui va vraiment tout changer pour lui, c’est la création d’Open Mind.

Tout commence par un bal de fin d’année

Quand Francis organisait des événements, il a été amené à orchestrer le bal de fin d’année au lycée Eugène Delacroix de Drancy. Un vrai bal à l’américaine qui, dix ans après, reste dans les mémoires des anciens élèves qui lui en reparlent dès qu’ils le croisent.

Le lycée est une période charnière de la vie d’un individu : l’adolescence approche de sa fin, on passe le bac, on décide de son orientation professionnelle… En organisant cette soirée, Francis Babindamana réalise que c’est à ce niveau qu’il a envie d’intervenir pour aider les jeunes. C’est ainsi qu’en 2013, il monte une association, Open Mind, qui regroupe aujourd’hui une trentaine de membres. Cette association est d’ailleurs située à Drancy, là où tout a commencé.

Open Mind offre dans un premier temps des accompagnements de soutien scolaire, pour aider les élèves en difficulté. Francis Babindamana voulait aussi mettre l’accent sur la culture sous toutes ses formes. Après tout, il organisait des événements culturels avant de se tourner vers le social, autant mettre cette expérience à profit. Open Mind propose donc des séjours à l’étranger, des spectacles, des sorties… Enfin et surtout, Francis organise des ateliers de prévention du décrochage scolaire.

Aujourd’hui, Open Mind est une véritable petite communauté qui vient en aide aux jeunes. Et certains n’hésitent pas à le dire : c’est grâce à Oen Mind qu’ils ont trouvé leur voie.

Favoriser l’insertion professionnelle avec « Les ateliers de la réussite »

Vous l’aurez compris, le décrochage scolaire est une thématique qui tient particulièrement Francis Babindamana à cœur. Il est donc retourné au lycée Eugène Delacroix, une fois encore là où tout a commencé pour Open Mind. Il y a organisé des interventions et des ateliers auprès des jeunes qui risquaient d’abandonner et que l’équipe pédagogique avait identifiés.

À travers un accompagnement scolaire et des ateliers de développement personnel, Francis Babindamana et les membres de l’association ont écouté ces jeunes. Ils les ont aidés, conseillés et remotivés à développer un projet d’avenir et à redonner un sens à leur scolarité. Désormais, Open Mind se rend dans d’autres lycées, pour aider un maximum d’élèves.

En parallèle, Francis a décidé d’agir pour les étudiants, souvent livrés à eux-mêmes une fois qu’ils ont quitté le lycée. Alors que nombre d’entre eux venaient dispenser des cours de soutien aux collégiens et lycéens d’Open Mind, Francis Babindamana a réalisé qu’eux aussi avaient besoin de conseils pour affiner leur projet professionnel et trouver un stage ou un métier.

Afin de les aider, Open Mind a développé un nouvel outil éducatif intitulé « Les ateliers de la réussite ». Véritable outil permettant de faciliter l’insertion professionnelle des jeunes, « Les ateliers de la réussite » ont pour objectifs de donner aux jeunes les bases qui leur permettront de trouver un emploi. Ils permettent également de favoriser l’égalité des chances pour des étudiants notamment qui n’ont pas les moyens et/ou opportunités d’accéder à de grandes écoles.

De plus, en échange d’heures bénévoles sur un chantier éducatif, de nombreux jeunes se sont vu financer leur permis de conduire et/ou leur BAFA, deux diplômes très importants pour travailler.

Francis et son équipe leur apprennent également les codes du monde du travail, la façon de gérer un entretien d’embauche, des valeurs comme la ponctualité ou la posture… Ils leur présentent des profils inspirants pour les motiver et leur donner des idées, ce qui facilitera à coup sûr leur insertion professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top